dessin patrice gv               

Korventenn ! Korventenn !
Sailhañ a ra war zug ennomp 
Ur gorventenn veur !

Karget eo an oabl
‘vel kein an daoned !
Kurun ha foeltr ha tan !
Al Linvadenn-Veur !

Korventenn ! Korventenn !
Sailhañ a ra war zug ennomp 
Ur gorventenn veur !

War kein ar mor
Ur wagenn divent !
Ha ganti, siwazh,
Ur pobl beuzet !

Korventenn ! Korventenn !
Sailhañ a ra war zug ennomp 
Ur gorventenn veur !

Dindan hon treid
E kren, c’hoazh ha c’hoazh,
An douar toulgovet,
Gwele an dud varv !

Korventenn ! Korventenn !
Sailhañ a ra war zug ennomp 
Ur gorventenn veur !

Skoazell e-bed !
Dorioù an druez
A zo serret !
Serret !

Korventenn ! Korventenn !
Sailhañ a ra war zug ennomp 
Ur gorventenn veur !

An anaon
‘zo dizesperet !
Ar c’horfoù
Drailhet, skignet !

Korventenn ! Korventenn !
Sailhañ a ra war zug ennomp 
Ur gorventenn veur !

‘barzh va fenn emañ
Ar gorventenn-mañ !
Arvestit ganin war dav
An heol a zav !

Korventenn ! Korventenn !
Sailhañ a ra war zug ennomp 
Ur gorventenn veur !


 

La rosée s'est déposée  sur les ajoncs.

La plage et la falaise sont baignées de brouillard.

Mon verre s'emplit du matin qui me vient.

 

Viens

les ombres ne s'étalent pas,

Le soleil ne nous voit pas,

La lumière se difracte...

Prisme

Qui se déchire dans le fond de mes yeux.

Je ne vois plus la mer

(Des nappes de mazout ou des ports de plaisance.)

Sur la falaise rampent,

En langues de vipères insidieuses et perfides,

Les bandes de goudron défigurant la lande.

La rosée ...pleurs d'ajoncs...

Et le brouillard/linceul...

Mon verre s'est emplit du matin qui me vient..

Viens:

Les ombres ne s'étalent pas,

Le soleil ne nous voit pas,

La lumière se décompose

Comme un pays ENTERRE.

 

  Georges Perros et les coulisses

  Yvon le Men en homme libre      

  Des mots sonnent et tonnent

 

  Padrig Moazon et ses frères

  Glaodina Provost et le renouveau

  Des criques et une présence celte